Paroles de poilus, paroles de paix

Caractéristiques du livre  :
  • Éditeur(s) : rue des écoles
  • Auteur(s) : Jean-Pierre Guéno
  • Date de parution : Septembre 2017
  • Âges : 10-15 ans
  • Classe(s) : CM1 ; CM2 ; 6e ; 5e ; 4e ; 3e
  • Matière(s) : Histoire
  • EAN : 9782820806994
  • Format : 18,5x 26 cm
  • Pagination : 96 pages
  • Type de reliure : Dos carré collé
13,50 €
Disponible en librairie
Documents d'archives - Fac-similés de lettres - Chronologie - Photographies - Cartes
Entre 1914 et 1918, qu'ils soient français ou allemands, la plupart des poilus qui font la guerre désirent la paix. Qu'ils écrivent à leurs parents ou à leurs enfants, ces hommes dont l'espérance de vie est souvent très brève transmettent dans leurs lettres une formidable leçon d'humanité. Un siècle après leur sacrifice, leur message trop souvent occulté doit être transmis aux jeunes du XXIe siècle, pour qu'ils n'oublient pas de bâtir ce monde de paix que désiraient tant leurs ancêtres lorsqu'ils étaient prisonniers d'une guerre qui dura 4 ans, 3 mois et 9 jours.
« Vous travaillerez toujours à faire l'impossible pour maintenir la paix et éviter à tout prix cette horrible chose qu'est la guerre. Ah ! la guerre quelle horreur ! Villages incendiés ; animaux périssant dans les flammes ; êtres humains déchiquetés par la mitraille : tout cela est horrible. Jusqu'à présent les hommes n'ont appris qu'à détruire ce qu'ils avaient créé et à se déchirer mutuellement. Travaillez, vous, mes enfants, avec acharnement à créer la prospérité et la fraternité de l'univers. »
(Lettre de Martin Vaillagou à ses fils, 26 août 1914)
L'auteur :
Écrivain et historien, Jean-Pierre Guéno est notamment l'auteur de Paroles de poilus, de Paroles de Verdun, ou encore de Dans la peau du soldat inconnu. Pour lui, l'histoire n'est pas seulement écrite par les têtes d'affiche des manuels scolaires, mais aussi et surtout par ces obscurs que furent nos ancêtres.
Table des matières
Les origines de la guerre
- Belle Époque : le calme apparent avant la tempête
- La guerre coloniale : première guerre mondiale ?
Graine de poilus
- Bataillons scolaires
- Enfances volées
Tragique mobilisation
- Le mensonge de la fleur au fusil
- La grande saignée
Étrangers volontaires
- Henry Lange, le naturalisé
- Lazare Silberman, le Roumain
L'apocalypse
- L'enfer des tranchées
- Les gaz et les obus
La détresse en partage
- La fraternité dans la vermine et dans la boue
- Les fraternisations avec « l'ennemi »
Entre le sens du devoir et l'espoir de la paix
- Lire et écrire
- L'humanisme des poilus
- Després l'aubergiste
- Le français Vaillagou et l'allemand Blumenfeld
Fusillés pour l'exemple
- Exécutions sommaires
- Le lieutenant Herduin
Censure et bourrage de crâne
- La presse en première ligne
Les grandes hantises
- « Inhumeurs » et « exhumeurs »
- Gueules cassées
Prisonniers de la guerre
- Le cafard et l'ennui dans les tranchées
- La grande solitude des Stalags
- Alcool et brimades
La grande révolte
- Ressort cassé
- Fausses mutineries
La gangrène du souvenir
- L'impossible retour
- L'improbable deuil
Conclusion
Cartes et points de repère
Petite chronologie de la Grande Guerre
L'argot des poilus
Nouveautés